Les traces du large

 

 

Prendre le large pourrait se résumer pour nous à partir loin, longtemps, afin de produire les conditions de l’inattendu. C’est un pas de côté, ailleurs, un pas dans l’inconnu. Il s’agit peut-être d’une fuite, à coup sûr d’une quête dont l’objet se déplacerait toujours.

Si l’on ne peut jamais imaginer ce que l’on découvrira sur cette route, nous savons déjà qu’elle est et sera belle des vies qui n’étaient pas censées croiser les nôtres. Simplement, il nous semble qu’il n’y a pas de symbole plus juste que les humains que nous rencontrons pour figurer les traces de notre passage et fixer ainsi notre mémoire. Ils témoignent d’un moment, d’un lieu, d’une histoire. Celle qui est la leur et que nous ne soupçonnions pas, celle qui est la nôtre et dont ils font maintenant partie à leur mesure. Ils témoignent de nous autant que nous témoignons d’eux.

 

C’est pour essayer d’emporter un peu de ces rencontres et de les donner à voir que nous avons voulu ce projet. Le Grand Large se présente donc d’abord sous la forme de ces visages que Raphaël a capté à sa manière. Ils sont accompagnés de quelques mots de Théo pour les ancrer in situ et les faire résonner selon notre expérience. Au-delà des portraits, nous vous proposons quelques textes et photos afin de partager un peu plus de ce qui nous touche dans ce voyage à travers l’Afrique et l’Amérique du Sud. 

Et si de toute aventure on est tentés de créer une mythologie, il ne faut pas sacraliser le voyage. Vous ne lirez donc pas de discours exaltants sur la vérité du voyage. Vous ne verrez pas d’images de drones rasant des paysages crépusculaires sur fond de musique de films. Il n’est question ni d’épopée, ni de héros – et les drones étaient trop chers… 

Vous découvrirez des gens normaux : du normal exotique, de l’ordinaire d’ailleurs et c’est bien tout ce qui nous intéresse.

 

Alors nous espérons qu’au détour d’une ride minérale, par-delà l’expression d’une fossette tropicale ou dans le spectacle d’un oeil banal, vous serez aussi sensibles que nous à la beauté partout dissimulée.

 

Allons !

 

 

Raphaël & Théo

  • Raphaël

LE GRAND LARGE